lundi 10 mars 2008


Un art de vivre légendaire, le Nord est resté fidèle aux traditions festives et gastronomiques.

Les kermesses, les ducasses, sont chaque fois des occasions de rencontres et de retrouvailles autour d’un bon repas.


Les gens du Nord apprécient une table bien garnie.


La cuisine flamande offre des plats riches et savoureux. Arrosée de bière ou aromatisée au genièvre, la gastronomie régionale propose des mets typiques.




Des spécialités originales et fortes qui réchauffent les corps et les cœurs.







La bière




Si les gens du Nord sont chaleureux et conviviaux quand ils parlent de la bière, c’est parce qu’elle est un peu leur histoire, leur culture. Le terroir favorable à la culture du houblon et de l’orge, ainsi qu’une maitrise du brassage par les moines, sont autant d’éléments, qui au fil de l’histoire ont conféré au Nord un savoir incontestable dans le domaine de la bière.
Au début du XXème siècle, on comptait 2600 brasseries dans la région, il subsiste aujourd’hui, à côté d’unités de production très importantes, une vingtaine de brasseries qui fabriquent de manière artisanale leur bière : blondes, ambrées ,brunes ou blanches, de fermentation haute ou basse.
La bière est une boisson légère, peu alcoolisée, peu calorique naturellement vitaminée, hydratante et diurétique.
Pour vous mesdames, elle avive le teint.





Délices d’Antan

La culture de la betterave à sucre au XIXème siècle est à l’origine de sucreries renommées : tablettes blanches (mon régal que je ne trouve plus) sucres candies avec des ficelles (que l’on suçait après avoir dû boire une cuillère d’huile de foie de morue), babeluttes de Lille, bêtises de Cambrai, chiques de Jean Bart et de Bavay …




Le Genièvre

boisson typiquement nordique où il est consommé depuis plusieurs siècles, c’est une eau de vie de grains,(blé, seigle, avoine et orge maltée) aromatisée aux baies de genévrier. Son élaboration en Flandre remonte à la fin du XVIIème siècle. Sa qualité est jalousement maintenue par trois distillateurs encore en activité à Houlle près de Saint Omer, Wambrechies et Loos près de Lille. Ajouté dans le café c’est une « bonne bistouille ».





La pomme de terre,




40% de la production française, est cultivée chez moi, c’est dans la région qu’est produite la seule pomme de terre Bintje ventripotente, à bénéficier du label rouge, elles sont délicieuses en purée, au four ou en Frites.
La Rate du Touquet est petite mais inégalable en pommes vapeur ou rissolées.




Notre région est aussi un pays de fromages


Le vieux Lille


ou gris de Lille appelé encore puant de Lille est une variété de type maroilles, que l'on fait macérer pendant 3 mois dans la saumure. Il est affiné plus longuement, et se conserve de fait plus longtemps que le maroilles. Il est également beaucoup plus salé.



La Boulette d'Avesnes
L'origine de la boulette d'Avesnes est ancienne. Elle est citée dans les écrits de l'abbaye de Maroilles vers 1760. Dans le passé, elle était fabriquée exclusivement avec du babeurre recuit. Par souci d'économie, les fermiers faisaient recuire le petit lait restant après la fabrication du beurre pour obtenir une pâte comestible, assez maigre destinée uniquement à la consommation familiale. Actuellement Maroilles et boulettes sont produits dans le même région : Avesnois et Thièrache située à la frontière du Nord et de l'Aisne. Le maroilles parfumé à l'estragon, au persil et au poivre se transforme en boulette d'Avesnes, affinée en cave humide et lavée à la bière.





FROMAGE DU MONT DES CATS




La recette du fromage du Mont des Cats provient de l'Abbaye de Port du Salut dans la Mayenne. Premier monastère à être réoccupé après la Révolution de 1789, les moines se mirent à fabriquer un fromage. Le fromage mis au point vers 1816 eut un succès et se vendit jusqu'à Paris. Lorsque de nouvelles communautés de moines trappistes s'implantèrent ailleurs en France, les moines de Port du Salut les aidèrent en envoyant des religieux, ainsi que la recette de leur fromage. C'est ainsi que naquit la famille des fromages "Trappistes"
La production s'élève aujourd’hui à 220 tonnes par ans vendus principalement dans la Région Nord - Pas de Calais.








Du café à toute heure

Il n'y a pas d'heure pour le café dans le Nord. Comment résiste t on à de telles doses de caféine? parce que le café régional est léger et additionné de chicorée.


21 commentaires:

Daniel a dit…

Que de délice gastronomique chez les ch’tis…
J’aime beaucoup la bonne bière… Le reste me fait saliver.
Bisous et bonne journée.

cathy a dit…

Merci pour ces découvertes gustatives ! les ch'tis sont à l'honneur en ce moment ; bravo !!!

raindrop a dit…

Et ben voilà, j'en sais un peu plus sur le nord de la France. Une petite question: Pourquoi appelle-t-on ch'tis au gens du nord?

Marie-Noyale a dit…

Je passe juste avant mon dejeuner.. et ces photos me font envie...
J'aime les fromages de caractere.. ou comme diraient mes enfants.. ceux qui "degagent une certaine odeur"!!! et ceux ci je crois que je les aimerais!!
Bonne soirée

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour
17 mars ma fete st patrick
alors on mange irlandais a la maison
heureusement qu'il y a la guiness
bises
patrick

delphinium a dit…

Ahhhhh mais c'est affreux de faire subir cela à ses amis! voilà que j'avais faim et maintenant j'ai encore plus faim! Alors je vais aller voir si j'ai de la bière, du vieux fromage, du café et je mixe tout cela pour mon souper. :-) bisous!

quintarantino a dit…

... mais non ... toutes ses choses aussi bonnes ... j'ai faim ... :)

Le Brézil est trés jolie mais aussi un peut dangereux. Je y suis allé seulement une fois (au Recife) et la pas de probléme. Mais quand je sort de l´hotel ils veillent toujours savoir oú j´va et si je irais avec quelque un.

Mathilde a dit…

Bonjour Lyliane,

Je suis déjà venue sur ton blog, j'aime bien partir en balade blog par blog, il y a toujours quelque chose d'intéressant. Simplement, j'ai ce défaut, ne me contentant pas de la première page, je vais farfouiller, je feuillette, je m'attarde, alors.. C’est toujours plus long, mais j'aime bien imaginer la personne derrière.... Cela reste aléatoire.. Le rêve est si beau.

La bière dis-tu aurait toutes ces vertus.. Rhoooooh... J’ai goûté un jour de la bière blanche, quand il fait très chaud et soif…

Merci pour le petit détour vers la Lune bleue.

Bonne journée à toi et à bientôt.

nazzareno a dit…

Je goûterais volontiers ces fromages ... il est tout si invitant, et puis à cette heure!Bonne journée.

duffour & duffour a dit…

Waouh : Quel post Lyliane ! J'aime le fromage et la bière. Il est 09:09 H, je n'ai pas pris de ptit'dej, je suis au boulot et tu me donnes faim. C'est bien de nous faire découvrir par partie estomac et gosier de ton Nord natal.
Nous exposons au Salon de L'Habitat au Mans les 14,15 et 16 Mars, c'est à dire bientôt.
Claude

Marguerite-Marie a dit…

une belle exposition gastronomique: tiens moi aussi je mets toujours un peu de chicorée dans le café ....comme le fait ma mère!(et comme ne le font pas mes filles!!!)

hpy a dit…

J'ai failli mettre une photo de maroilles et de boulette d'Avesne sur mon blog ce matin en pensant à toi (je n'avais pas le temps de passer te voir hier, une journée chargée), mais finalement cela devra attendre un peu. Depuis quelque temps on cultive aussi beaucoup de patates en Seine-Maritime. La Bretagne aussi est une autre région de la pommes de terre. Nous avons planté de la rate du Touquet dans notre jardin il y a quelques années. C'est une bonne pdt, mais de faible rendement. Ma préférée est la bintje. C'est dommage qu'on en voit si peu dans le commerce depuis que tout le monde veut des patates lavées. (La bintje ne s'y prête pas, elle est fragile.)

Peter a dit…

Je me sens encore très touché par ce post ! Ton amour pour ton pays semble aussi profond que ton amitié pour tes anciens collègues et autres !

Oui, j’ai gouté quelques variantes de bières et de fromages du nord et j’ai beaucoup aimé. Comme souvent, avec ce qu’on consomme, je pense que l’environnement fait beaucoup. Je peux aussi apprécier un pastis, mais il a meilleur gout sur une terrasse de Provence que devant la cheminée un soir d’hiver à Paris !

Pour essayer de répondre à une question ci-dessus (tu connais sans doute la vraie réponse, mais…), j’ai trouvé ces deux possibles explications : « Le mot « chti » ou « chtimi », a été inventé durant la Première Guerre mondiale par des poilus qui n’étaient pas de la région et désignaient ainsi leurs camarades originaires du Nord ou du Pas de Calais. Ce mot a été créé à partir de ce dialogue : « Ch’est ti ? — Ch’est mi » (C’est toi ? — C’est moi.).

Selon une autre hypothèse, l'appellation "chti/chtimi" serait le fruit d'un renversement sémantique ancien de l'a.fr. ch(e)ti(f) < lat. captivu(m), "prisonnier", "asservi", "malheureux", "souffreteux", "chétif", "misérable" dans tous les sens du terme, donc aussi "pauvre type", "bon à rien", "racaille", "voyou". Selon un procédé classique, commun aux Gueux, aux Enragés et aux Enfoirés, les petites gens, par dérision et provocation, auraient repris ce terme de mépris aux puissants du pays, plus ou moins francisés, pour s'en faire un titre de gloire et un marqueur culturel et social. »

delphinium a dit…

Ca y est, peter vient d'avaler une encyclopédie...

lyliane a dit…

Daniel:il y a beaucoup d'amateurs de bières dans le monde, tu en fait partie.
Cathy:enfin on parle du Nord j'en suis fière.
Raindorp: Peter à eu la gentilesse de chercher l'explication de notre surnom.
Merci Peter de t'y interesser, mais moi je pensais que l'on nous appelaient comme cela, parce que nous disons: ti au lieu de toi et mi au lieu de moi, Et cette appelation n'est que pour les natifs du département du Nord, car pour ceux du Pas de Calais, nous les appelons "les bo ios rouches"(boyaux rouges), parce qu'ils ne boivent pas seulement de la bière, mais aussi du vin rouge.
Mathilde: c'est vrai que la Blanche avec une rondelle de citron, c'est très désaltérant par temps chaud!
Marie royale: viens les goûter à la maison avec Nazzareno, il y a aussi beaucoup de bons fromages en Italie, quand je vais là bas j'entre dans les grands magasins pour en acheter et goûter ceux que je ne connais pas.
Claude:Je ne pourrais pas venir boire une bière avec toi au salon du Mans hélas!
Marguerite Marie:c'est vrai que l'usage de la chicorée se perd,petite je ne buvais que de la chicorée seule, sans café.
Tu as trouvé des fromages du Nord pour ton plateau ?
Chaque fois que je vais en Allemagne, je ramène des sacs de bintje, car j'en trouve là bas ou dans les stations services sur l'autoroute belge.
Encore merci Peter pour avoir avalé une encyclopédie comme le dit notre Delphi,mais la deuxième explication me semble bien compliquée.
Quintarantino : mon beau frère est allé au carnaval de Rio il y a longtemps et il s'est fait attaqué et volé.

Bergson a dit…

Que du bon dans le Nord

Je me rappelle une bouteille de houle qui était mal passée à Lille heureusement une palette de bière avait rétablit les neurones que j'avais de travers.

Par contre le lendemain au peti dej de l'hotel nous étions un groupe à faire la razzia sur le jus d'orange.

On ne parle pas souvent du jus d'orange du nord. je tenais à dénoncer cette injustice

Cergie a dit…

Coucou, Lyliane,
Il n'y a pas que dans le nord que l'on met de la chicorée dans le café, dans l'ouest chez Patrick aussi. A mon avis, à l'origine, c'était pour des raisons d'économie... Je ne sais si c'est toi qui a pris toutes les photos, mais celle là je l'aime particulièrement, celle de la chicorée. Elle offre une jolie mise en scène avec ces tons rouges, les grains devant et la belle cafetière... A garder au coin de la cuisinière avec le café "chaussette" ?
Bisou et bonne nuit à toi...

Rita a dit…

How enjoyable!

J'aime la bière :)

Château-Gontierdailyphoto a dit…

Une grande ballade gastronomique et culturelle dans le nord, du grand art. Bravo Lyliane et encore merci

delphinium a dit…

nous apprenons ici que bergson a des neurones. :-)))))
heureusement que nous avons eu cette confirmation, on commençait à en douter. Je ne sais pas ce que j'ai ce soir, mais j'ai vraiment envie de faire la débile. :-)

anne-laure a dit…

Bonjour,
Merci, car j'ai enfin la confirmation que ces fameuses "tablettes blanches" existent en vrai !!

Je me souviens m'en être régalé dans ma jeunesse,et impossible d'en trouver la trace sur internet!!

J'ai connu ce délice par ma grand-mère originaire de Lille, qui s'en faisait ramener dans le var par mon arrière grand mère.


Ce Noël, j'aimerais en offrir à ma grand mère, mais la tache s'avère plus difficile que prévue !!!!

Avez vous trouvé un filon par hasard ???

merci
Anne-Laure