vendredi 27 novembre 2009

Eul' jus d'chaussette


Dans les années 50, le café ne se vend qu’en grains qu’il faut moudre, les familles devaient utiliser le moulin à café manuel.
Un jour sur deux, ma sœur et moi avions la corvée de moudre le café, assises sur une chaise, le moulin entre les jambes aie.. aie, ça pinçait....



On utilisait une cafetière identique à celle là, dans le filtre que l'on appelait chaussette (car il en avait la forme), on ajoutait une pincée de chicorée (au pensionnat nous ne buvions que de la chicorée sans café), puis le café fraîchement moulu.

On versait sur le mélange de l'eau bouillante, ça sentait bon et embaumait la maison toute la journée car:

Eul' caf'tièr' all' éto toudis sus ch'fu


Viens donc boir' eun'goutt' ed'jus

mercredi 25 novembre 2009

Cadeau

Lyliane, tu as le droit de retirer ce message. Je te l'envoie, car ton blog déconne! Tu as sans doute quelque chose de trop dessus. Quoi? Je n'en sais rien, mais dis moi à quel moment ça a commencé et ce que tu venais d'y ajouter comme gadget à ce moment là, et tu as peut-être la réponse!
Bises.
hpy

jeudi 19 novembre 2009

Souvenirs, souvenirs....



Souvenez-vous du goût désagréable qu’avait l’huile de foie de morue dans votre bouche...

Et pourtant, après guerre, une époque où les compléments alimentaires étaient beaucoup moins présents dans les maisons qu’aujourd’hui, l’huile de foie de morue constituait le meilleur apport en acide gras et en vitamines A et D.

Tous les soirs, en hiver, nous devions pincer notre nez et avaler le contenu de la cuillère!


De même tous les ans nous avions droit aussi à cette petite cure.



Mais heureusement nous avions une petite douceur, un chapelet de sucre candi, car celui ci n'était pas présenté comme ci dessus, mais lié par des petits bouts par des ficelles.
Vous vous souvenez de tout cela?

jeudi 12 novembre 2009

Le mur de la Honte



J'avais 18 ans, toute l'insouciance de ma jeunesse et je vivais pleinement mes années "yé yé" en Belgique, avec tous les nouveaux du rock américain, encore inconnus en France.


pas la télé chez nous, et le peu d'informations que l'on avait c'était aux journaux télévisés du cinéma de quartier,

c'était si proche de chez nous et pourtant si loin,
ma sœur habitait en RFA avec pour capitale Bonn que j'ai visité,
quand le mur est tombé, nous étions toutes les deux au téléphone commentant cette incroyable nouvelle,
n'en croyant pas nos yeux,
20 ans déjà...






Quand je suis allée visiter Berlin il y a deux ans, j' ai vu et compris toute l'horreur de ce mur



Et tous ces gens qui ont essayé de fuir côté Américain par d'incroyables ruses et pour beaucoup en y laissant leur vie.


Hélas j'y ai vu, nom surnom que seule me donnait ma maman, sur le mur au temps de sa honte, heureusement aujourd'hui, il n'en reste plus que de terribles souvenirs pour ceux qui l'ont subi.