samedi 5 décembre 2009

Mon Ecole

Des générations d'écoliers se sont installés deux par deux sur leur pupitre en bois.
Ce pupitre présentait l’avantage d’intégrer un banc, un encrier et un plumier.
Quand nous devions prendre un livre ou un cahier, j'en profitais pour bavarder avec ma voisine, la maitresse n'étant pas sourde, j'étais toujours privée de sortie pour bavardage.

.
Les petits écoliers des années 50 et 60 s’entraînaient quotidiennement à l’écriture avec les pleins et les déliés, en fonction de la pression exercée sur la plume.
"Sergent Major" reste immanquablement lié à l’écriture, ainsi que la "Ronde
"
j'adorais cette belle écriture avec les majuscules et parfois les enluminures.

A l’époque, l’écriture était un vrai critère de sélection.

Ce petit gobelet en céramique qui servait d’encrier était inséré directement dans le bois des pupitres d'écoliers.

Le savez-vous ? Dans les années 50 et 60, l’encre utilisée était violette.
Quand je renversais mon encrier, je devais passer ma récréation à poncer et cirer le parquet, car mon école était un ancien château et nous avions le respect des choses.


Les écoliers des années 50 et 60 ont tous utilisé une ardoise à l’école. En général, elle servait à apporter une réponse rapide aux questions du professeur, en écrivant à la craie.
Le but était également d’économiser les cahiers en n’y faisant inscrire que le strict nécessaire,
car les cahiers étaient chers et nous étions écologiques avant l'heure.


Dans les années 50 et jusqu’à la fin des années 60, les petits écoliers devaient porter une blouse à l’école : le sarrau.
Les garçons portaient en général une blouse grise et les filles portaient parfois une blouse rose,
la mienne était obligatoirement blanche
et je devais faire des prouesses pour la tenir propre pendant 15 jours (j'étais pensionnaire).
Aujourd’hui cette obligation n’existe plus,malheureusement

Et voilà ce qu'est devenue l'école maintenant!!!!!!