mardi 25 mars 2008

LA MINE







V’là ch’carbon
L'on ne peux parler du Nord sans parler des mines de charbon.



Le charbon est le produit de la décomposition des végétaux à l’abri de l’air.


Dans une lagune d’eau douce peu profonde, s’installe une forêt dense. Le fond de la lagune s’enfonce, la végétation noyée se dépose et formera plus tard la veine de charbon.


La première veine de charbon dans le Nord Pas-de-Calais a été découverte en 1720 à Fresnes sur Escaut. Cependant le type de charbon n’était pas apte à tous les usages.


C’est en 1734 que fut découverte à Anzin une houille qui pouvait servir à tous les usages.


Cette date est retenue comme début d’exploitation du charbon dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.







Les mines ont engendrées une forte tradition d'attachement au travail et à la solidarité.


Elles ont modelé les paysages avec les terrils.






Le terril est un amoncellement de roches stériles et de déchets qui, remontés avec le charbon, étaient triés en surface. Le charbon d’un côté et les berlines contenant les roches stériles étaient acheminées soit par des chevaux soit par des hommes.





Les terrils sont exploités pour leurs schistes , notamment comme remblais pour l’infrastructure routière. On distingue deux sortes de schistes : après combustion, le schiste noir, très friable, devient rouge et beaucoup plus solide. Son usage est multiple : pour la construction de la grande majorité des autoroutes dans le nord de la France, ou encore comme ornement dans les espaces verts après avoir été concassé et calibré. Les produits les plus fins constituent la fameuse " terre battue " des terrains de tennis, c’est le cas des courts de Roland Garros.Les terrains des hyppodromes avant l'arrivée des matériaux synthétiques, étaient aussi fait à partir des terrils.







Les Corons
l'alignement de maisons semblables édifiées par les compagnies pour loger les mineurs.



Ah ouais mes gins, chéto quand même pas l' pérou dans ché corons.







Le centre historique minier de Lewarde regroupe 7000 mètres carrés de bâtiments industriels de la fosse Delloye.




Dans le puits n°2 , des chantiers sont reconstitués pour expliquer ce que furent les techniques d'extraction du charbon durant près de trois siècles.



J'ai visité le chemin emprunté par les "gueules noires" pour se rendre à la mine.







Très fière avec un ancien "gueule noire" qui m' a fait visiter la mine, avec lui j'ai retrouvé mon accent ch'ti.





La verrière où sont exposées les machines



Carreau de fosse
Ensemble des installations situées en surface.






La Molette
Poulie de grand diamètre placée au sommet du chevalement sur laquelle passe le câble d'extraction.



Les chevalements
Structures placées au desus du puits et supportant les molettes.






Foreuse d'extraction








Salle des pendus
Vestiaire où les mineurs suspendent leurs vêtements. C'est également la salle de douche




La lampisterie









Le lampiste était chargé d'entretenir les lampes des mineurs c'était souvent des femmes.
Taïette
Jeton que le mineur utilisait pour avoir sa lampe et qu'il récupérait en la ramenant à la lampisterie,en cas de coup de grisou on pouvait voir qui n'avait pas rendu sa lampe.





Le mineur au début

barrette 'casque plat en cuir bouilli' sur la tête, espadrilles légères aux pied, tenue blanche pour mieux repérer les blessures éventuelles.
Comme outils : pic, hache pour couper le sapin permettant le boisage des galeries.





Mineur occupé à attaquer une veine de charbon au marteau piqueur.
Le casque équipé d'une lampe sur batterie a remplacé la célèbre lampe de mineur à flamme enfermée.






Wagonnet, sur des rails, tiré par un cheval ou poussé par les herscheurs, rouleurs ou galibots (jeune garçon employé dans les mines).



Mon arrière grand mère maternelle née à Tournai en Belgique en 1867, a poussé les wagons dans les mines à l'âge de 11 ans!!


Ce qui ne l'a pas empêchée de quitter "sa Miane" (petit nom qu'elle me donnait), en 1948, à l'âge de 81 ans!!



Triage
Salle dans laquelle on effectue la séparation entre le charbon et les déchets.



Cafu
Femme employée au triage




A droite le restaurant "le briquet"(casse-croûte du mineur), où j'ai dégusté les bonnes spécialités de mon Nord


25 commentaires:

claude a dit…

Ah Lylian, encore un post instructif ! Il me rappelle les quelques vacances d'été passées dans le Pas de Calais quand j'étais môme. Nous allions chercher le fiancé de la fille de la maison à la sortie de la mine. J'en ai vu des Gueules Noires et la Salle des Pendus et tout le reste. Tu es une vraie passionnée.

hpy a dit…

Les terriles ne sont pas comme les alpes, mais avecun peu d'imagination ch'ti on pourra bientôt y faire du ski.

Marguerite-Marie a dit…

superbe reportage en particulier j'ai beaucoup aimé la salle des pendus et tout ce qui était attaché au quotidien bien pénible des mineurs.
je viens de voir ton billet de Pâques il est très beau aussi.

Olivier a dit…

reportage complet, bravo. J'avais un client (sa femme tenait un magasin de jouet) et lui il était mineur dans les dernières mines de l'Est de la France. Un travaille de forçat.
J'aime la salle des pendus, c'est surprenant ce nom, il fallait pas être superstitieux

raindrop a dit…

Très intéressant ce post. Mon grand-père fait du charbon avec du bois. Il fait une pile de petits troncs, les recouvre avec de la terre. Il faut que ça fume pendant plusieurs jours. Ça ne doit jamais bruler, sinon, au lieu de charbon on y retrouve des cendres.

Peter a dit…

Non, "chéto quand même pas l' pérou", mais tu as fait un poste superbe! Je pensai que je faisais des postes assez pleins d’info, mais là tu me bats largement !
La scène avec « Les corons » et le public de foot dans LE film est magnifique ; j’ai frissonné et pourtant, je ne suis pas de « ton » nord !

Marie-Noyale a dit…

Je devrais me faire un petit calepin avec tout le vocabulaire que j'apprends sur ce blog!!
Ce petit reportage minier m'a bien plu car je n'y connais rien...
compter les taiettes en cas de coup de grisou.. que de moments difficiles a vivre..
il y a eu il y a 3 ans un accident minier en Virginie..C'est un monde qui existe toujours..

Olivier a dit…

j'avais pas vu, il est mignon ton chat virtuel ;o)

claude a dit…

Ton chat virtuel tombe bien, je suis en train de préparer un post sur les 2 seuls chats que j'ai eu.
Les miens ont été bien vivants avant d'être bien morts.

nazzareno a dit…

0.
+-----\-

nazzareno a dit…

....tu as des aspirations journalistiques! Ceci post est un vrai articule de journal, entre autre, très intéressant et bien fait.
Bonne.

Alex a dit…

C'est toujours passionnant de te lire, on apprend tellement de choses sur ta région.
D'autant plus que pour les Marseillais, le Nord, c'est Avignon, alors chez toi, tu penses, pour eux ce n'est même pas dans le même pays !!

alice a dit…

A nouveau un vrai reportage! Je crois qu'en Moselle aussi, il existe des associations d'anciens mineurs qui font visiter leurs mines. Il faut absolument que je fasse cette visite un jour ou l'autre. Cette ambiance me fait aussi penser à ce film anglais "Les virtuoses", peut-être le connais-tu? Ca vous forge un tempérament, des pays pareils...Et ça force l'admiration.

Mathilde a dit…

Bonjour Lyliane,

J'espère que votre maman se porte mieux...

Extraordinaire ce reportage, j'ai un ami, son Père était dans les mines de minerais du Nord, vers Crugnes... Plutôt Nord-Ouest on va dire. Vie difficile pour des gens qui aimaient leur métier pourtant si dangereux...

Bonne soirée à vous

delphinium a dit…

Moi je vais d'abord parler de la chanson de Pierre Bachelet, une de ses plus célèbres chansons je pense que j'écoutais déjà avec mon papa quand j'étais plus jeune. On ne savait pas bien ce qu'était les corons alors on écoutait la chanson et on s'imaginait toutes ces choses dont vous nous parlez ici. Bon, je ne veux quand même pas trop contredire la dame hpy mais skier sur des terrils, je ne pense pas que cela soit vraiment possible. :-)
Même avec de la neige! ;-) Si j'ai bien vu, le petit restaurant que vous avez photographier se trouve être un ancien hangar? c'est bien de réhabiliter les bâtiments et de garder la mémoire vivante.
Je vous embrasse.

Bergson a dit…

Encore un rportage excellent, je pense que ton blog va devenir incontournable pour ceux qui veulent connaitre le ch'nord.

Je pensais que les terrils etaient inutiles.

M.Benaut a dit…

Chère Lyliane, Votre histoire de la mine m'a fait le grand plaisir. Il y a tellement pour apprendre et vous l'avez présenté le plus admirablement.
Naturellement, il y a beaucoup de mots qu'un étudiant de français, comme moi, doit renvoyer dans le dictionnaire, donc il peut prendre un peu de temps.
Je veux dire que j'aime très beaucoup cette magnifique présentation.
Merci pour vos commentaires agréables à propos le pêcheur avec la barbe. Sa femme était endormie dans sa chaise. Elle s'est ennuyée!!

quintarantino a dit…

Une article três interessant.

Les châteaux que j´ai visité sont Ussé, Villandry, Chenonceau, Chambord, Cheverny, Amboise, Blois, Clos Lucé, Chaumont-sur-Loire, Azay le Rideau.
Il faut que je revien.

quintarantino a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Olivier a dit…

en repassant (j'aime picorer, pas tout manger d'un coup, en garder pour le lendemain) j'aime beaucoup les photos avec le terril, cela me fait penser a un panorama de l'ouest américain.
Bon Weekend

GMG a dit…

Finalement, une nuit sans devoir penser dans les affaires de demain et avec du temps pour jouir ton blog. Et le post sur le ch'carbon est magnifique. Reportage instructif et complet!
Merci pour les commentaires à Blogtrotter, pour le moment à Bilbao!
Bonne weekend!

claude a dit…

Lyliane, pourras tu être à Paris dans la semaine du 19 au 26 avril ?Normalement j'y vais pour une visite à une vieille cousine qui est en soins paliatifs dans le 15ème et je dois rencontrer Raindrop/Cristina ?

Nathalie a dit…

Voilà un post magnifique et souvent émouvant.

J'ai découvert tout ce qui se faisait avec les schistes, c'est un élément que je ne connaissais pas.

Marie-Noyale a dit…

Il est vraiment mignon ton petit chat!!
Bon dimanche.
Je viens relire ton post pour ecouter Bachelet...

Rita a dit…

Le reportage et la musique vont très bien ensemble.

One can sense a certain "ambience" while reading your post and looking at the pictures. Some of the pictures made me think about mines in Great Britain and history.