samedi 26 septembre 2009

Les îles flottantes UROS

Il existe environ une quarantaine d’îles sur lesquelles vivent

environ 2000 personnes.

Les Uros parlent habituellement l'Aymara comme langue maternelle, mais ils connaissent parfaitement le quechua, langue qui fut introduite par les Incas.

C’est un parc protégé.

On y découvre une communauté indienne vivant sur une épaisse couche compacte composée de roseaux flottants et appelé la totora.

Celle ci mesure environ 3 mètres d’épaisseur. Le roseau occupe une place très importante dans la vie des Uros. Il sert à fabriquer leurs maisonnettes, les huttes, les meubles et les barques. Il protège les îles contre les vagues. Les îles sont fixées à l’aide de poteaux d’eucalyptus.

Les habitants subsistent modestement grâce à la pêche, la production de canards et d’œufs vendus sur les marchés et bien sûr grâce aux touristes.

Ils boivent l’eau du lac et s’éclairent soit à la bougie ou à l’aide de panneaux solaires (fournis par le gouvernement). Ils tentent coûte que coûte de maintenir leurs traditions.



Après 1 heure de navigation sur le lac entre roseaux et rochers,


j'aperçois les îles, déjà 2 bateaux nous ont précédés.

Le gardien nous guettait du haut de son mirador





Accueil coloré, chaleureux, en chansons des habitantes petites et grandes

Elles m' ont expliqué et montré leur mode de vie et habillée en couleurs locales, mais mon teint, n'était pas dans le ton.
J'ai goûté à leur totora (roseau) qui se mange quand il est jeune, ça n'a pas beaucoup de saveur.


Puis je suis montée à bord de leur embarcation pour faire un tour des autres îles, avec ce charmant rameur
La totora fut employée aussi pour fabriquer des barques par les Collas, les Incas et les Uros cette coutume est maintenue avec force.




qui est le papa de cette belle petite fille, toute timide,




J'ai rencontré un marin solitaire mais qui doit aimer les chats,



J'ai vue l'île administrative, avec une école qui vient d'être construite par le gouvernement, mais malheureusement en "dur",
elle dénote à côté des anciennes huttes,


et le téléphone public, car les portables n'existent pas encore chez eux.




d'autres îles non visitées par les touristes, car seulement
une quinzaine d’entre elles sont ouvertes à tour de rôle aux visiteurs.



J'ai eu un départ chaleureux, les dames nous ont chanté:
" alouette je te plumerai" en français.
Adieu superbe peuple.

samedi 19 septembre 2009

Le lac TITICACA


samedi 12 septembre 2009

CHIVAY

En route vers Chivay

Chivay est à l'entrée du canyon de Colca.

Les terrasses ont déjà été construites vers l'an 500 et occupent une surface de 8000 hectares.
Chivay est situé à 3 640 mètres d'altitude et à 40 km du mirador aux condors



La ville est réputée pour ses sources chaudes où je suis allée me baigner.
Le lieu comporte différents bassins privés et un ouvert aux personnes de passage.
L'eau approche les 38°,


J'ai préféré aller dans celui ci dessous, couvert et mieux entretenu pour les touristes.



ce bon bain chaud m'a ouvert l'appétit et j'ai goûté à tous ces plats présentés par ce fier cuisinier





de la truite, ( ils sont très fiers des élevages qui commencent à se développer au Pérou, il y a tellement d'eau de source qui descend des montagnes!) du ragoût d'alpaga et plein d'autres choses dont je ne me souviens plus des noms.
Buffet de desserts également, leur délicieuse petite banane,(j'en ai acheté dans tous les marchés) une crêpe faite avec des feuilles de coca et verte bien sûr, les deux autres desserts, je ne me souviens plus des noms, mais c'était bon (il faut vous dire, si vous ne le savez pas, que j'aime goûter à tout!)

Après cela, j'ai regagné ma belle petite chambre qui donnait dans une petite cour, avec 2 beaux lits, je n'avais qu'à choisir et j'ai préféré celui du fond, loin de la porte et de la petite fenêtre.

Et j'ai rêvé à demain, car je pars vers ce fameux lac Titicaca,dont le nom a fait rire tous les écoliers de France.

samedi 5 septembre 2009

Croix du Condor


Le fleuve Colca nait sur les hauts plateaux péruviens à plus de 5000m et se jette dans l'océan pacifique. La partie la plus profonde de son parcours atteint plus de 3000m.

Le canyon de Colca (100 km de long) avec un dénivelé de 3200m est donc
le plus profond canyo
n du monde.

Il y a des milliers d'hectares de terrasses sculptées dans la montagne dans les sites les plus sauvages et les plus escarpés, ce sont des réalisations humaines gigantesques, œuvres des indiens Colluhuas une civilisation de 1000 ans plus ancienne que celle des incas.
La croix du Condor Le plus célèbre point de vue sur le canyon de Colca.
La vallée atteint un dénivelé de 5200m à ce niveau.
Une école d'enfants Péruviens s'y faisait photographier.

Prohibido pasar habitat del condor.





Mes yeux scrutent le fond du canyon de gauche à droite, devant un paysage grandiose,
j'ai le temps de photographier la cantuta buxifolia, fleur de l'inca, qui est la fleur nationale du Pérou, les arbres font 2 à 3 m de haut.


et le cactus Moray qui commence à fleurir c'est le début du printemps.


Des terrasses plongeantes au dessus du canyon ont été aménagées, cela fait 1h30 que j'attends,



Et soudain, l'oiseau sacré des Andes, le condor majestueux de 3 mètres d'envergure, prend son envol pour quitter son nid et descendre jusqu'à la moitié du canyon




Il part chercher sa nourriture ailes étendues et serres prêtes à attraper de la charogne.
Le condor n'est pas un chasseur, il ne mange que des animaux morts.



J'en ai vu plusieurs, était ce le même? un plus clair avec des plumes marrons,
"c'est surement un jeune condor" m'a dit mon guide Mario.

Spectacle fascinant et inoubliable.